Liliane Bled - Fruits et Légumes

 

Fruits et légumes Ile-de-France

 

Agricultrice - maraîchère en Picardie, Liliane Bled développe une belle et large gamme de légumes dont la fameuse endive de pleine terre…

"L'endive de pleine terre est un fleuron de Picardie… "

 

Tout ouvrir | Tout fermer

Fille d’agriculteurs, j’ai débuté à 17 ans sur l’exploitation familiale car j’en avais assez des cours de comptabilité… A 19 ans, j’ai épousé un agriculteur, Alain, et nous nous sommes installés sur une exploitation de 27 ha où nous faisions des céréales et de la pomme de terre. Puis, en 1978, nous avons développé une production d’endive de pleine terre sur un hectare que l’on vendait alors à Rungis. L’endive de pleine terre est une endive de grande qualité, croquante et goûteuse, qui demande un travail considérable et souvent pénible. Schématiquement, elle se cultive en deux cycles (semis en pleine terre, repiquage, culture dans l’obscurité à 20°C) et produire un hectare d’endive de pleine terre représente entre 1 200 et 1 500 heures de travail… C’est un travail difficile qui demande passion et abnégation pour obtenir un produit haut de gamme. L’endive de pleine terre est un fleuron de Picardie, région active idéalement située qui offre une terre riche et généreuse…

En 1991, nous avons créé l’Earl Bled et l’exploitation est passée à une centaine d’hectares. Mais, à cette époque, l’endive de pleine terre a connu une période difficile et a été « submergée » par l’endive cultivée en « hydroponie », cette endive de « salle » (forcée en chambre climatisée à base de solutions nutritives) dont le développement est nettement plus rapide mais de qualité bien inférieure. Nous avons donc été obligés de réduire notre surface de production à un demi-hectare. Puis, quelques années plus tard, nous avons connu un retour de la demande pour l’endive de pleine terre, à l’époque de la « vache folle ». Les consommateurs revenaient aux produits de qualité, sains et naturels et cela nous a permis de développer notre production, en la commercialisant au travers de circuits courts. Par ailleurs, nous avons augmenté la superficie de l’exploitation en 1995 pour atteindre 140 ha. Et en 2002, la Ville d’Amiens nous a proposé un emplacement sur son marché fermier, réservé aux producteurs en vente directe. Nous avons alors développé un certain nombre de cultures : asperge, oignon, navet, poireau, carotte, salade, radis, tomate, haricot vert, échalote, céleri, panais, betterave rouge… en plus des endives. A cette époque, la production de légumes représentait 2,5 ha. Aujourd’hui, notre exploitation est segmentée de la manière suivante : 58 ha de céréales, 14 ha de colza, 12 ha de pois protéagineux, 16 ha de semences (gazon), 20 ha de pomme de terre à fécule, 9 ha de prairie (foin), 1 ha d’asperge, 5 ha d’endives de pleine terre, 3 ha de légumes, 1,5 ha de pomme de terre de consommation (variétés Annabelle, Mona Lisa)… Mon fils Adrien a rationalisé la production d’endive en innovant à chaque étape (forçage, arrosage, dessilage, cassage, épluchage…) et cela nous permet de travailler moins péniblement. Notre production est en moyenne de 70 tonnes par an…

Nous allons encore développer notre gamme de légumes car il y a une forte demande en ce sens de la part du consommateur, comme l’épinard et les cucurbitacées que nous démarrons. Il faut offrir des produits que les autres ne vendent pas sur le marché. Il faut se diversifier et segmenter sa production. Si l’on développe notre potentiel de production (surface et volume), il faut bien trouver de nouveaux marchés. Quant à l’endive de pleine terre, c’est un marché difficile car c’est un produit de niche d’un coût supérieur à l’endive « de salle », sans compter la baisse continue de la consommation d’endive…

Nous allons encore développer notre gamme de légumes car il y a une forte demande en ce sens de la part du consommateur, comme l’épinard et les cucurbitacées que nous démarrons. Il faut offrir des produits que les autres ne vendent pas sur le marché. Il faut se diversifier et segmenter sa production. Si l’on développe notre potentiel de production (surface et volume), il faut bien trouver de nouveaux marchés. Quant à l’endive de pleine terre, c’est un marché difficile car c’est un produit de niche d’un coût supérieur à l’endive « de salle », sans compter la baisse continue de la consommation d’endive…

Rungis est une belle vitrine et un marché de grande qualité où nous écoulons une partie de notre production d’endive de pleine terre. On y rencontre de bons professionnels qui valorisent parfaitement les produits. Le Marché de Rungis nous permet de nous développer et nous en sommes satisfaits…

Parcours

Née en 1959 à Amiens (80) dans une famille d’agriculteurs, Liliane Bled a quitté le lycée à 17 ans pour rejoindre l’exploitation familiale. En 1978, avec son mari Alain, agriculteur, ils s’installent sur une exploitation de 27 hectares dont un hectare réservé notamment à l’endive de pleine terre et créent l’EARL Bled en 1991. L’exploitation compte 140 hectares en 1995 et se diversifie au plan cultural (céréales, protéagineux, semences, prairie et foin, pomme de terre, légumes divers…). Agricultrice courageuse et passionnée, Liliane Bled doit faire face au décès brutal de son mari en 2005. Son fils Adrien (qui vient d’obtenir son BTS d’agriculture) intègre alors l’exploitation, rejoint par son épouse, Angélique, en 2008. Tous trois vont dynamiser et diversifier la production, en particulier l’endive de pleine terre dont la grande qualité est reconnue par l’agrément « Terroirs de Picardie »…

Ses produits

  • pomme de terre
  • colza
  • pois
  • protéagineux
  • asperge
  • épinard
  • cucurbitacées